Lade Veranstaltungen

Ch.W. Gluck: Orpheus und Eurydike

19. Februar 2008
Paris, Opéra National de Paris – Palais Garnier United States

Orphée et Eurydice : le drame dansé de Christoph Willibald Gluck
Précurseur de Mozart, Gluck (1714-1787) devait changer le visage de l’art lyrique, jugeant l’opéra de son époque comme une suite de mélodies sans rapport avec le texte. Il crée Orphée et Eurydice en 1762, drame dansé accompagné d’une chorégraphie d’Angiolini. Les Orphée ne manquaient alors pas, depuis l’Orfeo de Monteverdi considéré comme le tout premier opéra (1607). Mais l’oeuvre de Gluck se démarque par une ligne de chant épousant parfaitement l’action et les paroles. La division entre airs et récitatifs s’estompe : il ne demeure qu’une forme musicale unique d’une grande expressivité. Enfin, le choeur acquiert un rôle conséquent et ne se réduit plus à un simple accompagnement des solistes. Cet Orphée et Eurydice devait devenir l’oeuvre la plus populaire de Gluck.

La musique et le corps
Si Gluck voulut dès sa création que son oeuvre fut accompagnée d’une chorégraphie, c’est que sa musique renfermait en elle-même une dimension physique très forte : dans la première scène, lorsqu’Orphée aperçoit le cortège funèbre emportant Eurydice, il laisse éclater son désespoir en criant le nom de sa fiancée. Le mot cri est à prendre au pied de la lettre, Gluck exigeait que le chanteur crie, au lieu de chanter, le nom d’Eurydice : “Ne pensez pas dans ce moment, ni à la musique ni au choeur qui chante, mais criez au moment indiqué avec de la douleur comme si l’on vous coupait une jambe… Faites cela et cette douleur exprimée sera intérieure, morale et viendra du coeur.”

La chorégraphie de Pina Bausch
Parce qu’elle dépasse les cultures et les langues, Pina Bausch considère la danse comme le seul véritable langage. Une danse qu’elle libère de tout accessoire superflu afin d’en rendre visible et perceptible l’essence même. La chorégraphe prend à bras-le-corps la souffrance d’Orphée, une souffrance que l’homme doit surmontée en affrontant ses désirs inassouvis.

Besetzung

Orpheus: Elisabeth Kulman
Eurydike: Svetlana Doneva
Amor: Hélène Guilmette

Tänzer:
Orpheus: Yann Bridard (5., 7., 12., 14.), José Martinez (10., 17., 19.)
Eurydike: Eleonora Abbagnato (5.), Marie-Agnès Gillot (7., 12., 14.), Alice Renavand (10., 17., 19)
Amor: Muriel Zusperreguy (5.), Miteki Kudo (7., 12., 14.), Charlotte Ranson (10., 17., 19.)

Corps de Ballet der Pariser Nationaloper
Balthasar-Neumann-Ensemble
Balthasar-Neumann-Chor

Musikalische Leitung: Thomas Hengelbrock
Inszenierung und Choreografie: Pina Bausch (1975)
Kostüme: Rolf Borzik
Licht: Johan Delaere

Programm

Programm
Christoph Willibald Gluck: Orpheus und Eurydike
Ballettoper von Pina Bausch. In deutscher Sprache.

 

Veranstalter

Opéra National de Paris

Alle Termine

Dienstag, 5. Februar 2008 - 19.30 Uhr
Donnerstag, 7. Februar 2008 - 19.30 Uhr
Sonntag, 10. Februar 2008 - 14.30 Uhr
Dienstag, 12. Februar 2008 - 19.30 Uhr
Donnerstag, 14. Februar 2008 - 19.30 Uhr
Sonntag, 17. Februar 2008 - 14.30 Uhr
Dienstag, 19. Februar 2008 - 19.30 Uhr

Genre

Werke

Presse

  • 1.2.2008 · Forum Dansomanie · o.A.
  • 1.2.2008 · Forum Dansomanie · o.A.
  • 19.2.2008 · classictoulouse.com · Robert Pénavayre